12 janvier 2024

Événement – Journée d’étude de l’Orspere-Samdarra : « L’interprétariat et la médiation, le champ des possibles »

Le 16 octobre 2023, des membres de notre association ont assisté à une Journée d’étude organisée au Centre Hospitalier (CH) Le Vinatier à Lyon par l’Orspere-Samdarra, Observatoire national santé mentale, vulnérabilités et sociétés, qui avait pour thème : « L’interprétariat et la médiation, le champ des possibles ».

A travers des tables rondes et des ateliers, différents intervenants, des interprètes, des professionnels de santé, des chercheurs, des représentants d’Agences Régionales de Santé, ont abordé l’importance du recours à l’interprétariat en santé, le rôle de l’interprète dans la construction d’une relation de confiance avec le patient et le soignant, et la reconnaissance du métier d’interprète professionnel.

Malgré l’inscription du recours à l’interprétariat dans le Code de la santé publique par la loi de 2016, il n’y a pas eu de mise en application nationale organisée et financée au bénéfice de ce recours. La prise en charge en matière de santé de personnes étrangères ne parlant pas le français s’en retrouve donc disparate et inégalitaire à travers le territoire (Magali Guégan, ARS Ile-de-France).

Néanmoins, des besoins importants existent : une enquête de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques établit que dans le Dispositif National d’Accueil (DNA), 40% des demandeurs d’asile ne parlent pas français et 35% parlent un peu le français. Il est essentiel de permettre le recours à l’interprétariat dans toutes les unités de soins, en tant que levier de compréhension et de prévention (Nicolas Chambon, Orspere-Samdarra).

Dans la relation thérapeutique, l’interprète est un véritable allié, ce n’est pas un acteur passif de l’acte de soin (Pascal Mariotti, CH Le Vinatier). Il s’adapte au secteur de son intervention et aux buts communicatifs du soignant et du patient, grâce à un continuum de positions activables allant du convertisseur linguistique au co-animateur du soin (Anne Delizée, Université de Mons).

Nous remercions l’Orspere-Samdarra pour cette initiative permettant des réflexions approfondies sur le recours à l’interprétariat en santé, un sujet souvent délaissé des échanges et débats abordant les politiques et les pratiques d’accueil et d’intégration des personnes migrantes en France.

> Voir le replay