Alors que nos interactions sociales sont limitées actuellement, intéressons-nous ce matin aux formules et gestes de politesse en arabe.
Dans les pays arabes où la vie sociale est très développée, les manifestations de la politesse sont complexes et codifiées. Elles demandes une attention particulière de l’interlocuteur peu familier ou non-averti.

Marques de respect et vouvoiement

Le vouvoiement n’existe pas telle que l’on entend en français. Tout le monde peut être tutoyé, y compris le calife ou le roi. En revanche, certaines formules sont employées pour marquer la déférence :
  • Majesté فخامة pour un chef d’Etat
  • Eminence سعادة pour un ministre ou un notable
  • Vertu فضيلة pour un homme religieux musulman
  • Béatitude غبطة pour un homme religieux chrétien
Pour marquer le respect quotidiennement auprès de ses supérieurs hiérarchiques ou les aînés, on utilise :
  • Présence حضرة
  • ou Seigneurie سيادة
Le vouvoiement existe pour marquer le respect à son supérieur hiérarchique, au chef du village ou à une de catégories citées précédemment en utilisant le pronom (vous أنتم). Il est aussi fréquent de doubler la formule : employer un des termes “béatitude, excellent, éminence…etc” précédé par le pronom antom.
Toutefois, la norme est d’employer les pronoms personnels (tu, vous (duel), vous (pluriel)) en fonction du nombre d’interlocuteurs.

Gestes de respect

La gestuelle est une tradition profondément ancrée dans la culture arabo-musulmane. On embrasse la main, l’épaule ou le front d’un plus âgé. Ces pratiques sont toujours d’actualité dans les pays de Golfe.
Le mot (merci شكرا) est parfois accompagné de lever la main droite sur la poitrine. Dans les familles traditionnelles, on ne fume pas devant ses parents, on ne divulgue pas le prénom de sa femme ou de sa mère à un inconnu (sauf à l’administration ou pour une nécessité médicale par exemple).
Il s’agit de tout un art de vivre et de règles de la convivialité. Ils sont transmis de génération en génération, y compris auprès des Arabes expatriés.