Aujourd’hui, la communauté internationale commémore la libération du camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz. Depuis novembre 2005, cette date est devenue la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste.
Dans ce plus grand camp de la mort du régime nazi, 1,1 million de personnes ont péri, déportées de toute l’Europe. À l’heure de son plus haut fonctionnement, ce lieu comptait entre 130 000 et 140 000 détenus. Lors de sa libération par l’Armée rouge, on dénombra 7 000 survivants.
Aujourd’hui, une cérémonie d’envergure internationale se déroule au Mémorial d’Auschwitz-Birkenau, à laquelle participent plus de 200 survivants de la Shoah, de nombreux chefs d’Etats et des représentants d’ONG et d’associations.

À cette occasion, voici plusieurs suggestions d’expositions ou de films sur cette période de l’histoire :

Un film et un documentaire sur Arte ce soir

Cours sans te retourner, film de Pepe Danquart, à 20h55

En 1942, un enfant juif s’enfuit du ghetto de Varsovie et va de maison en maison, cherchant à se cacher et dissimulant son identité. Parfois accueilli, souvent chassé, le héros manifeste un courage à la hauteur des épreuves et périls traversés et trouve dans son acte même de résister des forces nouvelles.

Inspiré de l’histoire de l’écrivain israélien Uri Orlev, ce film est écrit pour transmettre la mémoire de cette période sombre à la jeunesse.
Les Enfants du 209, rue Saint-Maur, Paris Xe, documentaire de Ruth Zylberman, à 22h35
ou déjà en ligne ici
La réalisatrice Ruth Zylberman a enquêté sur les habitants d’un immeuble du Xe arrondissement de Paris, qui y avaient séjourné entre 1939 et 1945, et qui ont disparu subitement le 16 juillet 1942, avec la rafle du Vél’d’Hiv. En partant à leur recherche, elle réussit à en retrouver aux quatre coins du monde et à leur faire évoquer des souvenirs de «l’inconcevable » : les arrestations, la peur, la responsabilité de cacher des personnes menacées, la douleur d’avoir un frère nazi…

Deux expositions à la Maison de l’Unesco

Voir Auschwitz

Créée par l’entreprise espagnole Musealia en collaboration avec le Mémorial et Musée d’Auschwitz, cette exposition présente les rares photographies du camp de concentration et d’extermination du IIIe Reich, prises soit par les victimes, soit par les tueurs et qui sont sont des preuves essentielles des crimes nazis.
Son but est d’inviter le visiteur à explorer ce que les photos révèlent des intentions des auteurs et la façon dont elles façonnent une vision d’Auschwitz.
Jusqu’à jeudi, de 9h à 17h30, Maison de l’Unesco, 7 place de Fontenoy, 75007 Paris. Salle Miró. Entrée libre sous présentation d’une pièce d’identité
La vérité sur les crimes nazis : la première génération de chercheurs sur la Shoah
L’exposition retrace le travail des premiers chercheurs sur la Shoah, historiens et universitaires juifs, pour documenter, collecter des preuves sur le génocide et attirer l’attention sur ce dernier.

Les résultats de leurs investigations ont contribué à fonder la connaissance actuelle que nous avons de l’Holocauste.
Jusqu’à vendredi, de 9h à 17h30, Maison de l’Unesco, 7 place de Fontenoy, 75007 Paris. Salle des Pas perdus. Entrée libre sous présentation d’une pièce d’identité