Parue dans le dernier numéro d’ActuSoins, une enquête d’Alexandra Luthereau détaille les moyens de communication mis en place dans le domaine médico-social lorsqu’il s’agit de soigner un patient maîtrisant mal le français, et aborde la place de l’interprétariat professionnel.

L’interprétariat joue un rôle indispensable lors d’une consultation médicale entre un patient ne parlant pas ou peu français et un professionnel de santé.

« Un patient et un soignant doivent pouvoir communiquer dans la même langue pour qu’un diagnostic puisse être posé, puis pour faire adhérer le patient à un protocole de soins. De cette manière, il est possible de recueillir le consentement libre et éclairé d’un patient », y précise Aziz Tabouri, directeur d’ISM Interprétariat.

A lire, en cliquant ici : ActuSoins – Briser la barrière de la langue