« Réfugiés afghans : le sport pour passeport », Paris Match

Le magazine Paris Match dresse le portrait de trois mineurs isolés afghans, âgés de 17 ans, ayant fréquenté le club de cricket de Saint-Omer (Hauts-de-France), et désormais membres de l’équipe de France de cricket des moins de 19 ans.

Parallèlement à leur scolarisation dans le système éducatif français, la pratique du cricket leur a permis de s’intégrer davantage aux jeunes de leur âge et de représenter aujourd’hui la France dans les compétitions internationales.

Momtaz, Pewaston et Shahid ont tous les trois fui les horreurs des conflits qui sévissent dans leur pays. Si Momtaz est arrivé en France par voie aérienne avec toute sa famille, Pewaston et Shahid ont traversé de nombreux pays de manière très précaire. Pewaston est parti avec un cousin à 15 ans, tandis que Shahid s’est enfui seul d’Afghanistan à 14 ans.
Enracinés à présent sur le territoire français, les trois jeunes projettent leur avenir en France. A sa majorité, Shahid souhaite ainsi entamer les démarches pour obtenir la nationalité française.
Un article partagé par notre collègue Saïd Nemsi, interprète en arabe.

« A Kaboul, un robot-serveuse pour alléger le lourd quotidien des Afghans », La Presse (Canada)

A Kaboul, un restaurant a introduit, pour la première fois dans l’histoire du pays, une serveuse-robot aux bras articulés, qui apporte les plats aux clients et qui articule quelques mots en dari, une des langues principales de l’Afghanistan. Importé du Japon, ce robot au profil féminin se prénomme « Timea » et apporte un peu de légèreté dans cette ville marquée par quatre décennies de guerre.

L’arrivée de cette machine suscite des réactions diverses. Certaines personnes le voient comme une menace pour l’emploi dans un pays dont le taux de chômage évolue autour de 40% ; tandis que le responsable du restaurant le considère comme une opportunité pouvant créer des emplois, invitant les jeunes à se lancer dans l’intelligence artificielle

Lire l’article

Une information partagée par notre collègue Mariam Ahady, interprète en dari.