Les Philippines ont la plus longue fête de Noël au monde. En effet, les fêtes commencent pendant les “BER months” : les mois qui se terminent par “ber” en anglais (soit September, October, November et December). Les fêtes durent jusqu’en janvier pendant l’Epiphanie (où on fête la galette de rois en France), soit plus de quatre mois de fêtes !
Dès septembre, on peut entendre les chansons de Noël et les magasins changent leurs décorations pour la saison. Des concours de chants de Noël sont organisés vers novembre. On fait aussi le caroling – chanter des chansons de Noël devant les maisons, en espérant que ses habitants en sortent et donnent de l’argent en échange. Cette activité se fait dans les rues également. Comme il y a beaucoup d’embouteillages, plus que d’habitude, puisque les gens vont aux centres commerciaux pour faire leurs courses de Noël, les enfants dans les rues en profitent pour chanter devant ceux bloqués dans le trafic pour ensuite leur demander quelques pièces.
Une tradition importante se produit pendant les neufs jours entre le 16 et 24 décembre. Les Philippins, étant majoritairement catholiques, vont aux neuf messes appelées Simbang Gabi (messes nocturnes). Typiquement les messes se déroulent très tôt, entre 4 h et 5 h, avant le lever du soleil. Malgré l’heure matinale, beaucoup y vont (les églises sont pleines) croyant que leurs vœux se réaliseront après avoir complété la neuvaine. Et les autres y vont pour voir des amis et partager ensemble des desserts de Noël exclusivement vendus pendant cette saison, à la sortie des églises.
Tout le mois de décembre jusqu’à l’Epiphanie, plusieurs repas en famille et soirées entre amis et collègues de travail se tiennent. Il y a aussi des feux d’artifices pour le Nouvel An où chaque foyer organise son propre spectacle de feux dans les rues. Noël est l’occasion pour des millions de travailleurs philippins à l’étranger de rentrer au pays pour être avec leur famille. Enfin, ceux qui le peuvent.
En France, de nombreux Philippins ne peuvent pas rentrer, parce que les billets sont trop chers pendant cette période et qu’ils préfèrent envoyer des euros à leurs familles. Les autres travaillent beaucoup et n’ont pas de congés. Enfin, il y a aussi ceux dont leur statut administratif ne leur permet pas de quitter le territoire. Ce qui fait que ces Philippins ont davantage le mal du pays pendant cette période.